Accueil / S’orienter / La scolarisation

La scolarisation

Depuis le 11 février 2005, la Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a permis aux enfants handicapés d’accéder à la scolarité.

La loi vise à intégrer de manière privilégiée, les enfants présentant un handicap, dans des classes ordinaires en leur proposant un parcours scolaire continu et adapté à leurs besoins et compétences.

Comment faut-il s’y prendre ?

Avant 3 ans, votre enfant peut être accueilli en crèche, en halte-garderie, en centres de loisirs… Ces structures d’accueil peuvent aider votre enfant à s’épanouir avec d’autres enfants et adultes, ce qui facilite la socialisation.

Par la suite, commencez tout d’abord par inscrire votre enfant dans l’école publique ou privée de votre secteur (établissement de référence). Dès lors, vous pouvez demander à élaborer un PPS (voir MDPH  ). Si le PPS (projet personnalisé de scolarisation) demande des aménagements qui ne sont pas possibles dans cette école, un autre établissement vous sera proposé.

Votre enfant est diagnostiqué autiste, il faut donc favoriser une éducation précoce et structurée afin d’améliorer ses acquisitions et son autonomie. Pour cela, scolariser votre enfant en école maternelle est important, cela favorisera le développement éventuel du langage et des compétences sociales.

Après la maternelle, différentes orientations s’offrent à votre enfant selon ses capacités

Une scolarisation dans les établissements scolaires ordinaires (primaire et secondaire) avec ou sans étayages, tels que l’accompagnement par une AVS   (Auxiliaire de vie scolaire), le SESSAD   (Service d’Éducation Spéciale et de Soins À Domicile), un enseignant spécialisé,… Cela concerne le plus souvent des enfants présentant un autisme léger.

Une scolarisation organisée en intégration dans un établissement ordinaire mais dans une classe spécifique : en CLIS   (Classes pour l’Inclusion Scolaire : primaire) puis en ULIS   (Unités Spécialisées pour l’Inclusion Scolaire : collège et lycée). Ces classes ont de petits effectifs et accueillent des enfants présentant divers troubles cognitifs ou uniquement des TED   (Troubles Envahissants du Développement).

Enfin, pour les enfants présentant une forme d’autisme associé à des troubles cognitifs importants, l’accueil en hôpital de jour ou en IME   (Institut médico-éducatif) permet d’organiser une scolarité dans un environnement spécifique adapté à leurs besoins.

Pour certains, une formation à distance peut être choisie, grâce au Centre national d’enseignement à distance (CNED),qui est un établissement public. La formation est adaptée à l’élève et un soutien pédagogique à domicile par un enseignant rémunéré par le CNED peut être proposé à l’élève. www.cned.fr

Les avantages du PPS

Le PPS peut aussi permettre à votre enfant de partager son temps entre une scolarisation en établissement ordinaire et en structure médico-sociale. Dans tous les cas, son emploi du temps doit être régulier pour favoriser l’acquisition de points de repères et ensuite permettre un apprentissage.

Le PPS va permettre de désigner un enseignant de référence pour votre enfant. Ce dernier est un enseignant spécialisé, il permet de faire le lien entre la famille et les différents intervenants scolaires, notamment lorsqu’il réunit l’équipe de suivi de la scolarisation pour chacun des enfants ou adolescents handicapés dont il suit le parcours.

Pour en savoir plus :

Source : contenu rédigé par VA